Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Route Louis-S.-Saint-Laurent


Origine et signification Le nom de cette voie de communication rappelle le souvenir de Louis Stephen Saint-Laurent.

Notice biographique

Louis Stephen St-Laurent (1882-1973), avocat, professeur et politicien, a été le douzième à occuper la fonction de premier ministre du Canada, de 1948 à 1957. Natif de Compton en Estrie, il est le deuxième Canadien français à accéder à ce poste. Avant de devenir premier ministre, Louis St-Laurent, à titre de secrétaire d'État aux Affaires extérieures du Canada, participa à la Conférence de San Francisco où fut signée la Charte des Nations Unies, en 1945. L'année suivante, il dirigea la délégation canadienne lors de la première Assemblée générale des Nations Unies, à Londres. Au cours de son mandat comme premier ministre, quelques projets importants ont vu le jour, notamment la construction de la Transcanadienne (1950), la construction de la Voie maritime du Saint-Laurent (1954), la politique de paiements de péréquation entre les provinces (1956) et la création du Conseil des Arts du Canada (1957).

Sources

Site Web du gouvernement du Canada. (Consulté en septembre 2019).
Site Web Dictionnaire biographique du Canada. (Consulté en septembre 2019).

-->

Date d'officialisation 2000-11-09

Spécifique Louis-S.-Saint-Laurent

Générique (avec ou sans particules de liaison) Route

Type d'entité Route

Région administrative Estrie

Municipalité régionale de comté (MRC) Coaticook

Municipalité Compton (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 44071

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, route Louis-S.-Saint-Laurent

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Route Louis-S.-Saint-Laurent

Anciens noms

  • Route 147

  • Route 147 Nord

  • Route 147 Sud

  • Route Principale Nord

    Le mot principal (principale au féminin) désigne dès le début du XIIe siècle la chose la plus importante, celle qui va en première ligne. Il constitue un emprunt en 1080 au latin principalis, lui-même dérivé de princeps signifiant le premier. Au Québec, dans un grand nombre de municipalités, on appelle Rue Principale la voie de circulation où, de chaque côté, se dressent traditionnellement les principaux immeubles religieux, scolaires et municipaux, ainsi que, parfois, les magasins possédant le plus de prestige ou d'utilité pour les habitants locaux.

  • Route Principale Sud

    Le mot principal (principale au féminin) désigne dès le début du XIIe siècle la chose la plus importante, celle qui va en première ligne. Il constitue un emprunt en 1080 au latin principalis, lui-même dérivé de princeps signifiant le premier. Au Québec, dans un grand nombre de municipalités, on appelle Rue Principale la voie de circulation où, de chaque côté, se dressent traditionnellement les principaux immeubles religieux, scolaires et municipaux, ainsi que, parfois, les magasins possédant le plus de prestige ou d'utilité pour les habitants locaux.

  • Rue Principale

    Le mot principal (principale au féminin) désigne dès le début du XIIe siècle la chose la plus importante, celle qui va en première ligne. Il constitue un emprunt en 1080 au latin principalis, lui-même dérivé de princeps signifiant le premier. Au Québec, dans un grand nombre de municipalités, on appelle Rue Principale la voie de circulation où, de chaque côté, se dressent traditionnellement les principaux immeubles religieux, scolaires et municipaux, ainsi que, parfois, les magasins possédant le plus de prestige ou d'utilité pour les habitants locaux.

  • Rue Principale Nord

    Le mot principal (principale au féminin) désigne dès le début du XIIe siècle la chose la plus importante, celle qui va en première ligne. Il constitue un emprunt en 1080 au latin principalis, lui-même dérivé de princeps signifiant le premier. Au Québec, dans un grand nombre de municipalités, on appelle Rue Principale la voie de circulation où, de chaque côté, se dressent traditionnellement les principaux immeubles religieux, scolaires et municipaux, ainsi que, parfois, les magasins possédant le plus de prestige ou d'utilité pour les habitants locaux.

  • Rue Principale Sud

    Le mot principal (principale au féminin) désigne dès le début du XIIe siècle la chose la plus importante, celle qui va en première ligne. Il constitue un emprunt en 1080 au latin principalis, lui-même dérivé de princeps signifiant le premier. Au Québec, dans un grand nombre de municipalités, on appelle Rue Principale la voie de circulation où, de chaque côté, se dressent traditionnellement les principaux immeubles religieux, scolaires et municipaux, ainsi que, parfois, les magasins possédant le plus de prestige ou d'utilité pour les habitants locaux.

Nouvelle recherche

English  |  Español