Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable

Circonscription électorale de Bourassa-Sauvé

Origine et signification Établie en 2003, cette circonscription électorale provinciale est située à Montréal. Son territoire, couvrant 11 km2, recoupe en grande partie celui de l’arrondissement de Montréal-Nord. En 2021, elle regroupe près de 50 000 électeurs.

La circonscription électorale de Bourassa-Sauvé est désignée par les noms des deux anciennes circonscriptions qui la composent, soit Bourassa et Sauvé. Le premier nom rappelle le souvenir d'Henri Bourassa (1868-1952). Journaliste et politicien, il a fondé le quotidien Le Devoir. Le deuxième nom rappelle la mémoire de Paul Sauvé, ancien premier ministre du Québec.

Date d'attribution du nom : 2001.


Notice biographique

Paul Sauvé (Mirabel, 1907 – Saint-Eustache, 1960) est le dix-septième premier ministre du Québec. Il occupe cette fonction du 11 septembre 1959 au 2 janvier 1960. Admis au Barreau en 1930, il fait son entrée à l'Assemblée législative la même année lorsqu'il est élu député du Parti conservateur dans la circonscription de Deux-Montagnes. Il est ensuite élu député de l'Union nationale en 1936. Lors de la Deuxième Guerre mondiale, Paul Sauvé part pour l'Europe avec les Fusiliers du Mont-Royal. À la fin du conflit, le gouvernement de France lui décerne la Croix de guerre avec étoile de vermeil.

À la suite du décès de Maurice Duplessis en 1959, alors que celui-ci est toujours en fonction, Paul Sauvé est choisi chef de son parti et devient, par le fait même, premier ministre du Québec. Son mandat à la tête de l'État québécois, bien que très bref, revêt tout de même une certaine importance. L'adoption de principes et de mesures législatives touchant, entre autres, la fonction publique québécoise, l'étatisation de l'assurance-hospitalisation et le financement stable des universités préfigure la mise en place d'autres changements qui seront caractéristiques de la Révolution tranquille qui se profile à l'horizon. Paul Sauvé décède alors qu'il est en fonction le 2 janvier 1960. Parmi les lieux nommés en souvenir de ce premier ministre, mentionnons une circonscription électorale, un lac et des voies de communication.

En 2012, en raison de son influence sur le cours de l'histoire du Québec, Paul Sauvé a été désigné personnage historique. Pour plus de détails, consultez la fiche consacrée à ce premier ministre dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec.

Sources

Principales sources (Consultées en novembre 2020.)
Site Web de l'Assemblée nationale
Site Web du Répertoire du patrimoine culturel du Québec
Site Web du Dictionnaire biographique du Canada
Site Web Généalogie Québec
Site Web Ancestry
Plateforme de recherche Érudit

Date d'officialisation 2003-03-20

Spécifique Bourassa-Sauvé

Générique (avec ou sans particules de liaison) Circonscription électorale de

Type d'entité Circonscription électorale

Région administrative Montréal

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Montréal (Ville)

Code géographique de la municipalité 66023

Latitude nord     Longitude ouest 45° 36' 00" 73° 38' 00"

Coordonnées décimales -73.63333      45.6

Carte topographique 1/50 000 31H/12

Carte topographique 1/20 000 31H/12-0102

Anciens noms

  • Circonscription électorale de Bourassa

    Il est à noter que la circonscription électorale de Bourassa n'existe plus depuis le 12 mars 2003, date à laquelle cette circonscription électorale et celle de Sauvé ont été remplacées par la circonscription électorale de Bourassa-Sauvé. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne circonscription électorale de Bourassa. Établie en 1965, la circonscription de Bourassa est entourée par les circonscriptions électorales de Sauvé, Jeanne-Mance, Viau et Crémazie. Elle n'a que 6 km² de superficie et est délimitée au nord par la rivière des Prairies. Elle recouvre la moitié ouest de la ville de Montréal-Nord et le secteur de Sault-au-Récollet de la ville de Montréal. La population urbaine très dense qui y vit est caractérisée par une forte minorité ethnique d'origine italienne et haïtienne. Elle s'adonne, entre autres, à l'administration, à la fabrication et à la réparation de produits finis, à divers services et au commerce. Le nom de Bourassa a été attribué à la circonscription en 1965 pour honorer la mémoire de l'homme politique québécois Henri Bourassa (1868-1952), fondateur du journal Le Devoir en 1910, député de Saint-Hyacinthe à l'Assemblée législative du Québec (1908 à 1912) et député de Labelle à la Chambre des communes (1896-1907 et 1925-1935). Il rappelle aussi le souvenir de son père, Napoléon Bourassa (1827-1916), peintre et écrivain.

  • Circonscription électorale de Sauvé

    Il est à noter que la circonscription électorale de Sauvé n'existe plus depuis le 12 mars 2003, date à laquelle cette circonscription électorale et celle de Bourassa ont été remplacées par la circonscription électorale de Bourassa-Sauvé. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire l'ancienne circonscription électorale de Sauvé. Formée en 1972 de la moitié est de l'ancienne circonscription de Bourassa, le comté de Sauvé a fait l'objet d'une nouvelle délimitation en 1980 lors de l'insertion du territoire électoral de Viger. D'une superficie de 6 km², elle est bornée par la rivière des Prairies et occupe la partie nord-est de la ville de Montréal-Nord. On y dénombre plus de 200 entreprises manufacturières en tête desquelles se trouvent, pour le nombre, les entreprises de produits alimentaires, de produits métalliques manufacturés, du meuble et d'articles de caoutchouc et de plastique. Cette désignation rappelle la mémoire de Paul Sauvé (1907-1960), avocat admis au barreau en 1930, soit à l'âge de 23 ans, l'année même où il fut élu député conservateur à l'Assemblée législative, dans la circonscription de Deux-Montagnes, lors d'une élection complémentaire. Enrôlé comme lieutenant dans l'armée de réserve l'année suivante, il participera, en 1944, au débarquement en Normandie, à titre de commandant en second. Quant à sa carrière politique, qui s'est déroulée sous la bannière de l'Union nationale, il convient de signaler qu'il fut notamment ministre du Bien-être social et de la Jeunesse de 1946 à 1959, puis choisi premier ministre du Québec, à la mort de Maurice Duplessis, pour un très court laps de temps, soit du 11 septembre 1959 au 2 janvier 1960.

Nouvelle recherche

English  |  Español