Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Rue Morin


Origine et signification Cette voie de communication se trouve à Montmagny, en Chaudière-Appalaches. D’une longueur de 150 m, la rue Morin est orientée dans un axe nord-est–sud-ouest pour la plus grande partie de son tracé. Son nom rappelle le souvenir d’Augustin-Norbert Morin.

Notice biographique

Augustin-Norbert Morin (Saint-Michel-de-Bellechasse, 1803 – Sainte-Adèle, 1865) est avocat, homme politique et juge. Après des études au Petit Séminaire de Québec, il entame son apprentissage du droit auprès du patriote Denis-Benjamin Viger, à Montréal. En 1826, il fonde La Minerve, un journal propatriote dans lequel il signe plusieurs textes. En 1830, il est élu député de Bellechasse à la Chambre d'assemblée du Bas-Canada, où il appuie le Parti patriote. En 1834, il se distingue en rédigeant la plupart des 92 résolutions qui seront adoptées par la Chambre d'assemblée du Bas-Canada – elles concernent notamment l'établissement d'un gouvernement responsable (c'est-à-dire exerçant un pouvoir concret sur l'administration des affaires internes de l'État), l'amélioration du système de vente des terres publiques et le respect du principe de l'égalité devant la loi, sans distinction d'origine, de langue ou de religion. La même année, il rejoint Denis-Benjamin Viger à Londres pour les présenter et les défendre. À partir de 1836, Augustin-Norbert Morin exerce sa profession à Québec, et Louis-Joseph Papineau lui confie le mandat de réorganiser le mouvement patriote de cette région. Emprisonné pour haute trahison en 1839, il est libéré peu de temps après et retourne à la pratique du droit. Il renoue aussi avec la politique sous l'Union comme député de Nicolet en 1841. D'abord anti-unioniste, Augustin-Norbert Morin accepte finalement de collaborer avec les réformistes pour obtenir le gouvernement responsable. Au cours de ses nombreux mandats, il occupe des fonctions importantes, dont celles de président de la Chambre d'assemblée et, brièvement, de copremier ministre du Canada-Uni. À titre de commissaire des terres de la Couronne, il est un ardent défenseur de la colonisation et il participe activement à l'abolition du régime seigneurial. En 1855, sa nomination comme juge de la Cour supérieure annonce sa retraite définitive de la vie politique. En 1859, il est nommé membre de la Commission de codification des lois du Bas-Canada, qui a pour but de rédiger le premier Code civil.

-->

Date d'officialisation 1996-10-10

Spécifique Morin

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Chaudière-Appalaches

Municipalité régionale de comté (MRC) Montmagny

Municipalité Montmagny (Ville)

Code géographique de la municipalité 18050

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue Morin

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue Morin

Nouvelle recherche

English  |  Español