Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable

Saint-François-Xavier-de-Viger

Origine et signification Le nom Saint-François-Xavier-de-Viger désigne un bureau de poste situé au 121, rue Principale, à Saint-François-Xavier-de-Viger, dans le Bas-Saint-Laurent. Il reprend le nom de la municipalité dans laquelle il se trouve. La première partie du nom, Saint-François-Xavier, rappelle probablement le souvenir de l'abbé François-Xavier Guay (1834 – après 1876), premier curé desservant de Saint-François-Xavier-de-Viger. La deuxième partie du nom, Viger, fait référence au canton de Viger. Ce canton a été nommé en souvenir de Denis-Benjamin Viger.

Notice biographique

Denis-Benjamin Viger (Montréal, 1774 – id., 1861) est avocat, journaliste et homme politique. Il fait l’apprentissage du droit sous la supervision de personnages influents, notamment de Joseph Bédard, frère de Pierre-Stanislas, député et futur chef du Parti canadien. À Montréal, où il a son étude, le juriste forme à son tour plusieurs jeunes avocats qu’on retrouvera ensuite au Parti patriote, dont son cousin Louis-Joseph Papineau. À l’époque, l’idéologie nationaliste canadienne-française s’affirme de plus en plus. Denis-Benjamin Viger écrit de nombreux articles pour des journaux auxquels il contribue aussi financièrement. Il est élu député de Montréal-Ouest en 1808 et fait son entrée à la Chambre d’assemblée en même temps que Louis-Joseph Papineau. Anti-unionistes l’un comme l’autre, ils participent à la définition de l’idéologie du Parti canadien, l’ancêtre du Parti patriote. En 1828, Denis-Benjamin Viger est envoyé à Londres pour porter des demandes de réformes constitutionnelles. De 1831 à 1834, il y retourne à titre de délégué de la Chambre d’assemblée. À la veille de la rébellion de 1837, il appuie la Banque du Peuple, première banque canadienne-française à voir le jour. Il participe également à la logistique de nombreuses assemblées patriotiques et il occupe la présidence de la Société Saint-Jean-Baptiste ainsi que celle de l’Union patriotique, qui réclame entre autres un gouvernement responsable, c’est-à-dire exerçant un pouvoir concret sur l’administration des affaires internes de l’État. Considéré comme l’un des chefs du mouvement patriote, il est emprisonné de novembre 1838 à mai 1840. La carrière politique de Denis-Benjamin Viger se poursuit sous l’Union, d’abord comme député anti-unioniste de 1841 à 1847, puis comme conseiller législatif de 1848 à 1858, année où il se retire de la vie publique.

Date d'officialisation 1986-12-18

Spécifique Saint-François-Xavier-de-Viger

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Bureau de poste

Région administrative Bas-Saint-Laurent

Municipalité régionale de comté (MRC) Rivière-du-Loup

Municipalité Saint-François-Xavier-de-Viger (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 12025

Latitude nord     Longitude ouest 47° 51' 21" 69° 14' 45"

Coordonnées décimales -69.24592      47.85596

Carte topographique 1/50 000 21N/14

Carte topographique 1/20 000 21N/14-0102

Nouvelle recherche

English  |  Español