Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Chemin Richelieu


Origine et signification Ce chemin se trouve à Val-des-Monts, en Outaouais. Plus précisément, il est situé dans un secteur où les voies de communication sont désignées par des noms de personnages historiques. On rappelle ici le souvenir d’Armand-Jean du Plessis, cardinal de Richelieu.


Notice biographique

Armand-Jean du Plessis, cardinal et duc de Richelieu (Paris, France, 1585 – id., 1642), dit l'Éminence rouge, est un prélat et un homme d'État français. Issu de la noblesse, il se destine initialement au métier des armes, mais entre plutôt dans les ordres, en 1605, afin que sa famille puisse conserver les revenus du siège épiscopal de Luçon. Ordonné évêque en 1607, Armand-Jean du Plessis est le premier prélat français à mettre en œuvre les réformes recommandées par le concile de Trente. En 1616, il entre au Conseil du roi en tant que secrétaire d'État pour les affaires étrangères et la guerre grâce au soutien de la reine mère Marie de Médicis (1575-1642). Toutefois, dès l'année suivante, Armand-Jean du Plessis est contraint à l'exil à la suite d'une révolte de palais visant à écarter celle-ci du pouvoir. Il regagne progressivement la faveur royale en se faisant l'artisan de la réconciliation entre Louis XIII (1601-1643), dit le Juste, et sa mère. Armand-Jean du Plessis est par la suite nommé cardinal en 1622, puis devient le principal ministre de Louis XIII en 1624, un poste qu'il conservera jusqu'à son décès.

Au cours de ses 18 années au sommet de l'État français, le cardinal de Richelieu s'efforce de rétablir l'autorité royale en mettant fin à l'autonomie politique des protestants français et en tâchant de domestiquer la noblesse, puis il s'affaire à briser l'hégémonie de la maison de Habsbourg en Europe. Menant personnellement les troupes au siège de La Rochelle (de 1627 à 1628), capitale des huguenots, il amène les protestants à signer un accord selon lequel ces derniers conservent leur liberté religieuse, mais perdent leurs privilèges militaires et politiques. De même, Armand-Jean du Plessis réussit à encarcaner la noblesse, notamment en détruisant les châteaux non essentiels à la défense nationale, en interdisant les duels et en réprimant sévèrement les révoltes aristocratiques. Dans le contexte de la guerre de Trente Ans (de 1618 à 1648), il abandonne, à compter du début des années 1630, la politique qui consiste à laisser le premier rôle à l'Espagne pour permettre à celle-ci d'assurer le triomphe du catholicisme en Europe. La France commandite d'abord les belligérants protestants, puis entre officiellement dans le conflit à leur côté en 1635. Si le cardinal de Richelieu meurt avant de voir son pays remporter la guerre de Trente Ans et remplacer l'Espagne comme première puissance européenne, son pragmatisme a permis cette ascension.

L'administration du cardinal de Richelieu est en outre marquée par de nombreuses réformes financières, législatives et militaires. Grand patron des arts, Armand-Jean du Plessis fonde aussi l'Académie française en 1635. Également très intéressé par le développement de la marine et de l'empire colonial français, il crée, en 1627, la Compagnie des Cent-Associés, qui doit assurer le peuplement de la Nouvelle-France en retour du monopole sur le commerce des fourrures. À la suite de la prise de Québec par les frères Kirke en 1629, le cardinal de Richelieu entérine le traité de Saint-Germain-en-Laye qui rend la Nouvelle-France aux autorités françaises. Son successeur désigné, le cardinal Jules Mazarin (1602-1661), poursuivra sa politique économique et colonialiste. Soulignons aussi que, s'étant doté d'un vaste réseau d'espionnage, le cardinal de Richelieu réussit à déjouer impitoyablement nombre de complots et de révoltes au cours de son long mandat comme principal ministre de Louis XIII – des méthodes qui ont contribué à créer l'image machiavélique qui lui est attribuée dans Les trois mousquetaires (1844), célèbre roman d'Alexandre Dumas (1802-1870). Malgré sa sombre réputation dans la tradition populaire, le cardinal de Richelieu reste néanmoins l'architecte de la grandeur de la France au XVIIe siècle et l'un des fondateurs de l'État moderne.

Sources

Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté en décembre 2023)
Site Web de l'Encyclopédie Britannica (consulté en décembre 2023)
Site Web de l'Encyclopédie Larousse (consulté en décembre 2023)

Date d'officialisation 1991-04-12

Spécifique Richelieu

Générique (avec ou sans particules de liaison) Chemin

Type d'entité Chemin

Région administrative Outaouais

Municipalité régionale de comté (MRC) Les Collines-de-l'Outaouais

Municipalité Val-des-Monts (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 82015

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, chemin Richelieu

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Chemin Richelieu

Nouvelle recherche

English  |  Español