Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Chemin De Quen


Origine et signification Notice biographique

Le père jésuite Jean de Quen (Amiens, France, 1603 – Québec, 1659) arrive en Nouvelle-France en 1635. Professeur au collège de Québec, il est aussi responsable du ministère paroissial à Notre-Dame-de-la-Recouvrance et aumônier à l'hôpital de Sillery. Il est considéré comme le premier Européen à avoir atteint le lac Saint-Jean, en 1647, et est le fondateur des missions du Saguenay. Il achève sa carrière à Québec comme supérieur des missions de la Nouvelle-France. On lui doit les Relations des Jésuites pour les années 1655 et 1656 et le Journal des Jésuites pour la période allant du 25 octobre 1656 au 7 septembre 1657.

Sources

Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

-->

Date d'officialisation 1996-03-29

Spécifique De Quen

Générique (avec ou sans particules de liaison) Chemin

Type d'entité Chemin

Région administrative Saguenay–Lac-Saint-Jean

Municipalité régionale de comté (MRC) Lac-Saint-Jean-Est

Municipalité Saint-Gédéon (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 93035

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, chemin De Quen

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Chemin De Quen

Ancien nom

  • Chemin Dequen

    Variante graphique non officielle Chemin De Quen.

    Notice biographique

    Le père jésuite Jean de Quen (Amiens, France, 1603 – Québec, 1659) arrive en Nouvelle-France en 1635. Professeur au collège de Québec, il est aussi responsable du ministère paroissial à Notre-Dame-de-la-Recouvrance et aumônier à l'hôpital de Sillery. Il est considéré comme le premier Européen à avoir atteint le lac Saint-Jean, en 1647, et est le fondateur des missions du Saguenay. Il achève sa carrière à Québec comme supérieur des missions de la Nouvelle-France. On lui doit les Relations des Jésuites pour les années 1655 et 1656 et le Journal des Jésuites pour la période allant du 25 octobre 1656 au 7 septembre 1657.

Nouvelle recherche

English  |  Español