Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Rue Robert-Cliche


Origine et signification Cette appellation, qui s'inscrit dans un système à base de noms dont l'un des éléments (prénom ou nom de famille) commence par la lettre « C  », rappelle le souvenir de Robert Cliche.


Notice biographique

Robert Cliche (1921-1978), né à Saint-Joseph-de-Beauce, a pratiqué le droit en tant qu'avocat et juge en chef adjoint. Après ses études à l'Université Laval et son admission au Barreau en 1944, il entame sa carrière de juriste avant de se lancer en politique fédérale sous la bannière du Nouveau Parti démocratique; candidat défait lors des élections de 1965 et 1968, Robert Cliche retourne à la pratique du droit. Il est nommé juge en chef adjoint de la Cour provinciale du Québec en 1972 et, deux années plus tard, président de la Commission d'enquête sur l'exercice de la liberté syndicale dans l'industrie de la construction. Notons que Brian Mulroney et Guy Chevrette assisteront Robert Cliche lors de cette Commission d'enquête qui remettra son rapport en 1975. Enfin, mentionnons que Robert Cliche était le conjoint de l'auteure Madeleine Ferron (1922-2010), avec qui il a coécrit un essai ethnographique intitulé Quand le peuple fait la loi (1972) et Les Beaucerons, ces insoumis (1974).

Date d'officialisation 2005-06-27

Spécifique Robert-Cliche

Générique (avec ou sans particules de liaison) Rue

Type d'entité Rue

Région administrative Lanaudière

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Assomption

Municipalité Repentigny (Ville)

Code géographique de la municipalité 60013

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, rue Robert-Cliche

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Rue Robert-Cliche

Nouvelle recherche

English  |  Español