Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable

Lac Memphrémagog
Mamlhawbagw (Lac)  - Variante traditionnelle autochtone

Origine et signification Cet impressionnant plan d'eau, d'une superficie de 95 km², long de 44 km et large de 6 km, se voit partagé entre le Québec et le Vermont. Il alimente la rivière Magog, affluent de la Saint-François. La ville de Magog s'étend à son extrémité nord-est et le mont Orford s'élève au nord-ouest. Memphrémagog est la déformation de mamhlawbagak, mot abénaquis signifiant « à la grande étendue d'eau » ou « au lac vaste ».

En 1759, au retour d'une expédition punitive contre les Abénaquis de Saint-François-du-Lac, le major Robert Rogers avait employé le nom Amperamagog pour le désigner. En 1776, la carte du capitaine Jonathan Carver indique le double nom de Memorobka ou Memphrimagog. Au cours des années, Mamphlowbagog, Mumphry Magog, Memplobuc et des dizaines d'autres formes graphiques furent utilisées pour identifier cette nappe d'eau d'abord fréquentée par les Amérindiens, puis par des colons anglais qui s'installèrent dans la région à partir de 1793. Lieu de passage des voyageurs se dirigeant de Montréal vers la Nouvelle-Angleterre aux XVIIIe et XIXe siècles, le lac voit naître l'industrie touristique vers 1860 avec l'arrivée de riches Montréalais désireux de se détendre et de pratiquer la pêche. Cette tradition de villégiature et de sports en plein air s'est poursuivie jusqu'à nos jours, où de nombreux Québécois et étrangers profitent des installations de toutes sortes aménagées sur ses rives. L'abbaye de Saint-Benoît-du-Lac offre même un havre de paix et de recueillement à ceux qui le désirent. Les contrebandiers ont aussi apprécié ce lac, surtout à l'époque de la Prohibition, alors qu'ils expédiaient des cargaisons de bouteilles d'alcool vers les États-Unis.

Enfin, Memphré, ce monstrueux serpent de mer à la tête hérissée de cornes, hanterait les profondeurs du lac depuis des siècles. Les Amérindiens refusaient de s'y baigner par crainte d'être dévorés par la créature, dont la résidence serait une caverne sous le mont Owl's Head, montagne de granit qui surplombe le lac en son point le plus profond (107 m).

Sources

Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Date d'officialisation 1968-12-05

Spécifique Memphrémagog

Générique (avec ou sans particules de liaison) Lac

Type d'entité Lac

Région administrative Estrie

Municipalité régionale de comté (MRC) Memphrémagog

Municipalité Potton (Municipalité de canton)

Code géographique de la municipalité 45030

Latitude nord     Longitude ouest 45° 08' 34" 72° 16' 09"

Coordonnées décimales -72.26917      45.14278

Carte topographique 1/50 000 31H/01

Carte topographique 1/20 000 31H/01-0201

Variante traditionnelle autochtone

  • Mamlhawbagw (Lac)

    Mamlhawbagw est le nom que les Abénakis, ou W8banakiak en langue abénakise, utilisent pour désigner la vaste étendue d’eau dont le nom officiel est Lac Memphrémagog. D'une superficie de 95 km², long de 44 km et large de 6 km, ce lac est situé à cheval sur le Québec et le Vermont.

    Mamlhawbagw signifie « un lac large, un lac étendu ou un vaste lac » et fait référence à la superficie hors du commun du lac au sein des Appalaches. D’ailleurs, l’appellation Memphrémagog provient elle-même du nom abénakis Mamlhawbagw.

    Selon une légende, un monstrueux serpent de mer à la tête hérissée de cornes, nommé Memphré, hanterait les profondeurs du lac depuis des siècles. Les Abénakis refusaient de s'y baigner par crainte d'être dévorés par la créature, dont la demeure serait une caverne sous le mont Owl's Head, un relief qui surplombe le lac en son point le plus profond, situé à 107 m sous la surface.

    En 1759, au retour d'une expédition militaire contre les Abénakis, le major Robert Rogers avait employé le nom Amperamagog pour désigner le lac. En 1776, la carte du capitaine Jonathan Carver indiquait pour sa part deux noms : Memorobka et Memphrimagog. Enfin, il est à noter qu’en plus des cinq noms déjà mentionnés, les formes Magock, Mahrogabuk, Mamhlawbagak, Mamhrobaguk, Mamhrogagak, Mamlawbagak, Mamlhabagw, Mamlowbaugog, Mamphlowbagog, Mampremagog, Mamrabagak, Memomrobka, Memphramagog, Memphremagog, Memrahabegok et Momhrahoga ont aussi été relevées.

    Mamlhawbagw se prononce mam-lao-bague.


Nouvelle recherche

English  |  Español