Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable

Parc La Fontaine

Origine et signification Ce nom désigne un important parc de Montréal. Situé dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, il est délimité au nord par la rue Rachel Est, au sud par la rue Sherbrooke Est, à l'est par l’avenue Papineau et à l'ouest par l’avenue du Parc-La Fontaine. D’une superficie d’environ 35 ha, le parc La Fontaine comprend, entre autres, deux étangs artificiels, plusieurs monuments et des œuvres d’art publiques.

Inauguré en 1874, il a été aménagé sur les terrains de l’ancienne ferme Logan. À cette époque, il était connu sous le nom de Parc Logan. À l’occasion de la parade de la fête de la Saint-Jean-Baptiste de 1901, le parc Logan a été renommé Parc La Fontaine. On rendait ainsi hommage à Louis-Hippolyte La Fontaine. Notons qu'une statue de celui-ci se trouve dans la partie sud du parc.

Notice biographique

Louis-Hippolyte La Fontaine, baptisé Louis Hyppolite (Boucherville, 1807 – Montréal, 1864) est un juriste et un homme politique. Parallèlement à ses activités d'avocat, il s'implique politiquement et appuie le Parti patriote, qui réclame une réforme démocratique des institutions politiques du Bas-Canada. En 1830, Louis-Hippolyte La Fontaine est élu à la Chambre d'assemblée comme député de Terrebonne. Il est perçu comme un homme radical, anticlérical et un fidèle partisan de Louis-Joseph Papineau, chef du Parti patriote. À la veille des affrontements de 1837, Louis-Hippolyte La Fontaine fait le choix du dialogue et de l'action politique plutôt que celui du combat armé. Porte-parole du mouvement patriote, il tente de trouver une solution constitutionnelle aux problèmes du Bas-Canada. Cependant, ses demandes au gouverneur Gosford et un voyage à Londres en 1838, où il espère plaider la cause des Canadiens français auprès du gouvernement britannique, ne donnent pas les résultats souhaités. Les premières rébellions ont déjà éclaté et la constitution est suspendue. Louis-Hippolyte La Fontaine est emprisonné peu de temps après son retour au pays, puis il est relâché sans qu'aucune accusation ne soit portée contre lui. Dès lors, il travaille à l'obtention d'une amnistie pour les coupables de la rébellion, au pardon des exilés, à l'indemnisation des victimes du conflit, de même qu'à la réforme des institutions politiques. Sa carrière comme député se poursuit après l'Acte d'Union (1840), que le politicien défend sous prétexte qu'il assurera la survie des Canadiens français et permettra la formation d'un gouvernement responsable exerçant un pouvoir concret sur l'administration des affaires internes de l'État. Subséquemment, Louis-Hippolyte La Fontaine codirige avec Robert Baldwin, en 1848, le premier véritable gouvernement responsable du Canada-Uni. En 1851, il retourne à l'exercice du droit à Montréal. Il est nommé juge en chef de la Cour du banc de la reine en 1853 et président du tribunal en matière seigneuriale en 1855. Mentionnons qu’il signait L.H. LaFontaine, L.H. Lafontaine ou simplement L.H.L.

Date d'officialisation 1997-03-25

Spécifique La Fontaine

Générique (avec ou sans particules de liaison) Parc

Type d'entité Parc public

Région administrative Montréal

Municipalité régionale de comté (MRC) Hors MRC

Municipalité Montréal (Ville)

Code géographique de la municipalité 66023

Latitude nord     Longitude ouest 45° 31' 36" 73° 34' 08"

Coordonnées décimales -73.56889      45.52666

Carte topographique 1/50 000 31H/12

Carte topographique 1/20 000 31H/12-0102

Ancien nom

  • Parc Lafontaine  (Parc public)

    Cet important espace vert de la ville de Montréal, baigné par trois étangs artificiels, est limité au nord par la rue Rachel, au sud par la rue Sherbrooke, à l'est et à l'ouest par les avenues Papineau et du Parc-Lafontaine. Il constitue une parcelle d'un terrain au moins deux fois plus grand qui se rendait au sud jusqu'à la rue Sainte-Catherine et qui avait été acquis au début du XIXe siècle par James Logan, fils de William et frère du célèbre géologue, sir William Logan, honoré dans la toponymie québécoise. Dessiné par le jardinier français Louis François Chollet, arrivé au Canada en 1890, le parc Lafontaine fut nommé ainsi, en remplacement de Ferme Logan ou de Parc Logan, pendant le mandat du maire Raymond Préfontaine en 1901. C'est Arthur Gagnon, membre de la Société Saint-Jean-Baptiste et secrétaire-trésorier du conseil municipal, qui fit adopter un nom français pour désigner le parc. Cette appellation honore la mémoire de Louis-Hippolyte La Fontaine (1807-1864), qui fut premier ministre conjoint du Canada-Uni, en 1842-1843 et de 1848 à 1851, avec Robert Baldwin.

Nouvelle recherche

English  |  Español