Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable

Montebello

Origine et signification Trois explications ont été avancées quant au motif d'attribution de ce nom à une municipalité sise sur la rive nord de la rivière des Outaouais, à 51 km à l'ouest de Lachute. Suivant la première, la dénomination remonte à 1852 et a été attribuée par Louis-Joseph Papineau (1786-1871), alors propriétaire de la seigneurie de La Petite-Nation qu’il avait acquise en mai 1818 de son père, Joseph, lequel en était propriétaire depuis 1801. Ce dernier l’avait acquise du Séminaire de Québec. Louis-Joseph Papineau aurait ainsi voulu rendre hommage à Napoléon-Auguste Lannes, duc de Montebello (1801-1874), diplomate français et ministre des Affaires étrangères en 1839; il l’avait connu lors de son exil en France de 1839 à 1845. Dans sa correspondance, Papineau utilise la forme disjointe Monte-Bello, tout comme pour le nom du bureau de poste local ouvert en mai 1855.

La deuxième hypothèse, peu accréditée, repose sur la similitude du paysage de Montebello avec celui de la commune du même nom en Lombardie, près de Pavie.

Une troisième hypothèse plus vraisemblable a été développée récemment. Montebello serait un nom créé à partir de la latinisation des mots mont (le manoir est construit sur un promontoire) et beau. Notons qu’à partir de mars 1852, Louis-Joseph-Papineau utilisait le nom Montebello dans ses échanges avec son « cercle étroit d’amis ».

D'abord connue sous l'appellation Petite-Nation, du nom d'un peuple algonquin qui a vécu anciennement dans ces parages, la municipalité a été identifiée sous celle de Montebello à compter de 1878, sur un plan officiel. Détachée de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Bon-Secours-de-la-Petite-Nation (1855), laquelle reprenait la suite de la municipalité de la Petite-Nation (1845), abolie en 1847, Montebello tire sa dénomination originelle de celle de la seigneurie de La Petite-Nation, concédée en 1674 à monseigneur de Laval et dont Joseph Papineau deviendra propriétaire.

En 2003, la municipalité du village de Montebello est devenue la municipalité de Montebello. L'attrait principal du lieu réside dans le magnifique hôtel connu sous le nom de Château Montebello. Ce monument architectural constituerait la plus vaste construction en bois rond au monde, au centre de vastes espaces verts aménagés en promenades et en terrains de golf. Des gens provenant des divers gouvernements et de différents milieux y séjournent régulièrement et s'y réunissent. On retrouve, sur le même site, le manoir Louis-Joseph-Papineau que le chef de l'Insurrection de 1837 fait construire de 1846 à 1859 et qui lui servira de lieu de retraite.


Sources

SICOTTE, Anne-Marie, Papineau. Par amour avant tout. Société historique Louis-Joseph-Papineau, carte blanche, 2021, p. 192-193.

Date d'officialisation 2003-09-24

Spécifique Montebello

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Municipalité

Région administrative Outaouais

Municipalité régionale de comté (MRC) Papineau

Municipalité Montebello (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 80010

Latitude nord     Longitude ouest 45° 38' 59" 74° 56' 21"

Coordonnées décimales -74.93935      45.64997

Carte topographique 1/50 000 31G/10

Carte topographique 1/20 000 31G/10-0201

Ancien nom

  • Montebello  (Municipalité de village)

    Il est à noter que le statut de cette municipalité a été changé le 2 août 2003. En effet, à cette date, la municipalité du village de Montebello est devenue la municipalité de Montebello. Le texte qui suit est celui qui avait été rédigé pour décrire la municipalité alors qu'elle était encore identifiée sous l'ancien statut.

    Trois explications ont été avancées quant au motif d'attribution de ce nom à une municipalité sise sur la rive nord de la rivière des Outaouais, à 51 km à l'ouest de Lachute. Suivant la première, la dénomination remonte à 1852 et a été attribuée par Louis-Joseph Papineau (1786-1871), alors propriétaire de la seigneurie de La Petite-Nation qu’il avait acquise en mai 1818 de son père, Joseph, lequel en était propriétaire depuis 1801. Ce dernier l’avait acquise du Séminaire de Québec. Louis-Joseph Papineau aurait ainsi voulu rendre hommage à Napoléon-Auguste Lannes, duc de Montebello (1801-1874), diplomate français et ministre des Affaires étrangères en 1839; il l’avait connu lors de son exil en France de 1839 à 1845. Dans sa correspondance, Papineau utilise la forme disjointe Monte-Bello, tout comme pour le nom du bureau de poste local ouvert en mai 1855.

    La deuxième hypothèse, peu accréditée, repose sur la similitude du paysage de Montebello avec celui de la commune du même nom en Lombardie, près de Pavie.

    Une troisième hypothèse plus vraisemblable a été développée récemment. Montebello serait un nom créé à partir de la latinisation des mots mont (le manoir est construit sur un promontoire) et beau. Notons qu’à partir de mars 1852, Louis-Joseph-Papineau utilisait le nom Montebello dans ses échanges avec son « cercle étroit d’amis ».

    D'abord connue sous l'appellation Petite-Nation, du nom d'un peuple algonquin qui a vécu anciennement dans ces parages, la municipalité a été identifiée sous celle de Montebello à compter de 1878, sur un plan officiel. Détachée de la municipalité de la paroisse de Notre-Dame-de-Bon-Secours-de-la-Petite-Nation (1855), laquelle reprenait la suite de la municipalité de la Petite-Nation (1845), abolie en 1847, Montebello tire sa dénomination originelle de celle de la seigneurie de La Petite-Nation, concédée en 1674 à monseigneur de Laval et dont Joseph Papineau deviendra propriétaire.

    L'attrait principal du lieu réside dans le magnifique hôtel connu sous le nom de Château Montebello. Ce monument architectural constituerait la plus vaste construction en bois rond au monde, au centre de vastes espaces verts aménagés en promenades et en terrains de golf. Des gens provenant des divers gouvernements et de différents milieux y séjournent régulièrement et s'y réunissent. On retrouve, sur le même site, le manoir Louis-Joseph-Papineau que le chef de l'Insurrection de 1837 fait construire de 1846 à 1859 et qui lui servira de lieu de retraite.


Nouvelle recherche

English  |  Español