Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable

Victoriaville

Origine et signification La ville de Victoriaville se trouve dans la région du Centre-du-Québec. Voisine de Warwick, au sud et de Princeville, au nord, elle est dominée par les Appalaches. Les rivières Bulstrode et Nicolet constituent les cours d'eau majeurs de l'endroit.

En 1802, on assiste à la naissance officielle du canton d'Arthabaska, doté de l'un des rares noms administratifs d'origine amérindienne de la région. Les premiers colons, originaires de Bécancour et de Saint-Grégoire, commencent à défricher le territoire à partir de 1835. En 1855, le bureau de poste qui dessert l'endroit est identifié comme Arthabaska-Station, dénomination qui s'étend à la localité. Au moment où l'on songe à créer une municipalité, peu avant 1860, deux personnages influents du canton d'Arthabaska, Julien Demers et Louis Foisy, se disputaient la suprématie sur ce territoire. Alors que Demers jouissait d'une forte popularité en sa qualité d'homme d'affaires, Foisy caressait le projet de prendre la direction de la localité. Lorsque l'on décide d'ériger une municipalité autonome, Julien Demers tente d'imposer son propre nom en suggérant Demersville, estimé trop prétentieux par Louis Foisy qui propose Victoriaville, familièrement abrégée en « Victo » par la suite, en l'honneur de la reine Victoria, alors la souveraine régnante.

Détachée de Saint-Christophe-d'Arthabaska, la municipalité du village de Victoriaville est officiellement établie en 1861 et scindée en 1890 pour former la ville de Victoriaville et la municipalité de la paroisse de Sainte-Victoire-d'Arthabaska. Dès cette époque, on reconnaît l'importance de l'endroit et Stanislas Drapeau, dans ses Études sur les développements de la colonisation du Bas-Canada (1863), le souligne ainsi : « La paroisse de Saint-Chrystophe est plutôt une petite ville qu'une paroisse agricole ordinaire, puisqu'elle ne contient que 38 familles occupées à cultiver la terre. La distance de ce beau village, de Québec, est de 64 milles; et il renferme une population industrielle – embrassant les industries et métiers les plus utiles à la campagne – qui s'élève à plus de la moitié de la population totale [608 habitants, dont 571 Canadiens français] ».

On y retrouve la Cour de circuit et le chemin de fer d'Arthabaska y aboutit. De magnifiques érablières, des industries prospères dans le domaine de la fabrication des cercueils, des meubles, des vêtements et des bateaux, de bonnes infrastructures facilitant la pratique de la chasse et de la pêche concourent à la prospérité des Victoriavillois. Toutefois, l'actuelle Victoriaville résulte de la fusion intervenue, en 1993, entre les villes de Victoriaville et d'Arthabaska, de même que la municipalité de la paroisse de Sainte-Victoire-d'Arthabaska. Née en 1858 à titre de municipalité du village d'Arthabaskaville, la ville d'Arthabaska a obtenu son statut de ville en 1903. Pour sa part, Sainte-Victoire-d'Arthabaska, dont le territoire provient de la division du village de Victoriaville, a vu le jour en 1890. Le nom choisi, qui a inspiré le gentilé Victoirien, rappelle sainte Victoire, martyrisée à Sabine (Italie centrale) à une époque indéterminée. Fiancée à Eugène, dont l'ami de grande noblesse Aurélien désire épouser la sœur de Victoire, Anatolie, qui s'y refuse, elle accompagnera cette dernière dans la mort pour demeurer, à son exemple, fidèle à sa virginité. Peu connue et rarement répertoriée, sainte Victoire a donné son nom à certains lieux de France pour célébrer un succès militaire d'importance. Certains estiment qu'il faut voir ici le souvenir de la reine Victoria, dont le nom avait contribué à former celui de Victoriaville en 1860 et auquel sainte Victoire a en quelque sorte servi de paravent. Le haut clergé du temps tenait à ces discrets hommages de loyauté. L'appellation qui coiffe désormais la ville issue du regroupement des trois municipalités a été choisie par la population des trois ex-entités municipales à l'issue d'un référendum tenu le 7 novembre 1993, dont le résultat est devenu officiel le 23 juillet 1994, remplaçant l'appellation temporaire Victoriaville-Arthabaska qui a suivi la fusion.

Notice biographique

Victoria, née Alexandrina Victoria (Londres, Angleterre, 1819 – île de Wight, Angleterre, 1901), est reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande (de 1837 à 1901), reine du Canada (de 1867 à 1901) et impératrice des Indes (de 1877 à 1901).

Victoria succède, en 1837, à son oncle Guillaume IV (1765-1837), mort sans descendance, comme reine du Royaume-Uni. Le 10 février 1840, elle épouse le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha (1819-1861). La mort de son époux, en 1861, plonge la reine dans une profonde dépression, qui lui enlève pendant plusieurs années son intérêt pour les affaires publiques. Si le peuple britannique est d'abord sympathique à l'égard de Victoria, l'absence prolongée de la souveraine entraîne une certaine montée du républicanisme. Seule l'influence du premier ministre Benjamin Disraeli (1804-1881) lui permet d'émerger de son apathie et de regagner l'affection populaire. Les jubilés d'or et de diamant de Victoria, respectivement en 1887 et en 1897, sont l'occasion d'importantes célébrations à travers l'Empire britannique. Au crépuscule de son règne, Victoria est devenue le symbole de l'impérialisme britannique et une icône nationale associée aux valeurs familiales et aux normes strictes de la morale de l'époque. 

Le règne de près de 64 ans de Victoria – le deuxième plus long de l'histoire du Royaume-Uni – est marqué par une expansion territoriale importante de l'Empire britannique, notamment en Afrique et en Asie. Au terme de celui-ci, « l'empire sur lequel le soleil ne se couche jamais » s'étend sur environ un cinquième de la surface terrestre du globe et s'est affirmé comme la première puissance industrielle et commerciale du monde. Les mariages de plusieurs des 9 enfants et des 43 petits-enfants de la « grand-mère de l'Europe » avec des membres de familles royales européennes contribuent également à accroître l'influence culturelle et politique du Royaume-Uni sur le continent. Or, le Royaume-Uni connaît aussi de profondes transformations économiques, politiques, sociales et technologiques au cours de l'époque victorienne. Si Victoria tente d'influencer en privé les décisions politiques et les nominations ministérielles, le régime parlementaire britannique se démocratise considérablement pendant son règne et la monarchie adopte progressivement son rôle cérémonial moderne, assurant ainsi sa pérennité.

Bien que la reine Victoria n'ait jamais visité le Québec au cours de son règne, la toponymie québécoise rappelle abondamment son souvenir. Victoria marque pour la première fois notre histoire nationale à l'occasion de son couronnement, alors qu'elle accorde l'amnistie à de nombreux patriotes qui ont participé aux rébellions de 1837 et de 1838. En 1857, Victoria choisit Ottawa, alors une ville d'exploitation forestière peu peuplée située à la frontière du Québec et de l'Ontario, comme capitale du Canada-Uni. Elle réitère ce choix au moment de la Confédération canadienne, en 1867. D'ailleurs, Victoria, favorable à l'union des colonies de l'Amérique du Nord britannique, contribue à ce processus par son influence rassembleuse. Au terme de celui-ci, elle devient la première reine du Canada. Notons également que la Croix de Victoria, instituée pendant la guerre de Crimée (de 1853 à 1856) afin de récompenser les actes de bravoure, reste la plus haute distinction militaire dans plusieurs pays du Commonwealth, dont le Canada.

Sources

Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
Site Web de l'Encyclopédie Britannica (consulté en mars 2023)
Site Web de l'Encyclopédie canadienne (consulté en mars 2023)
Site Web de l'Encyclopédie Universalis (consulté en mars 2023)
Site Web Royal (consulté en mars 2023)

Date d'officialisation 1994-08-19

Spécifique Victoriaville

Générique (avec ou sans particules de liaison)

Type d'entité Ville

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) Arthabaska

Municipalité Victoriaville (Ville)

Code géographique de la municipalité 39062

Latitude               Longitude (coord. sexagésimales) 46° 03' 18" -71° 57' 35"

Latitude               Longitude (coord. décimales) 46.05518 -71.96

Carte topographique 1/50 000 21L/04

Carte topographique 1/20 000 21L/04-0101

Anciens noms

  • Arthabaska  (Ville)

  • Sainte-Victoire-d'Arthabaska  (Municipalité de paroisse)

Nouvelle recherche

English  |  Español