Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Chemin Gosford


Origine et signification Cette voie de communication se trouve sur le territoire de la municipalité de Saint-Ferdinand, dans le Centre-du-Québec. Son nom rappelle le souvenir d’Archibald Acheson, 2e comte de Gosford (1776-1849), gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique entre 1835 et 1838. 

Cette voie de communication est une portion d’un chemin dont Gosford a autorisé la construction au cours de son administration afin d’assurer le lien entre les Cantons-de-l’Est et la région de Lotbinière. Inauguré en 1843, le nouveau tracé contournait les obstacles naturels en passant par Sainte-Agathe-de-Lotbinière, rejoignant Irlande, puis se poursuivant vers Sherbrooke.


Notice biographique

Archibald Acheson, 2e comte de Gosford (Markethill?, Irlande du Nord, 1776 – Markethill, Irlande du Nord, 1849), est un homme politique britannique et un administrateur colonial, notamment connu pour son mandat comme gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique. Issu d’une famille de la noblesse anglo-irlandaise protestante, il entame sa carrière politique en 1798, représentant d’abord le comté d’Armagh à la Chambre des communes d’Irlande, puis à la Chambre des communes du Royaume-Uni à partir de 1801. Succédant à son père en tant que comte de Gosford en 1807, il entre à la Chambre des lords en 1811. 

Réputé, malgré ses origines, pour son appui à des politiques conciliantes à l’égard de la majorité catholique d’Irlande, Gosford est nommé gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique en 1835 alors qu’une crise importante enflamme le Bas-Canada. Tâchant de concilier les modérés du Parti patriote et du Parti britannique, il s’attire l’hostilité des plus radicaux. Pendant son mandat, Gosford préside une commission royale d’enquête au sujet des problèmes politiques paralysant le Bas-Canada. En 1837, en dépit des recommandations plus accommodantes de la commission Gosford, Londres répond aux 92 résolutions (1834) par les 10 résolutions de Russell, qui rejettent en bloc les demandes des patriotes, pavant la voie aux rébellions. Devant l’agitation croissante, Gosford interdit les rassemblements publics, fait venir des renforts des Maritimes et dissout l’Assemblée législative. Puis, en novembre, il déclare la loi martiale et ordonne l’arrestation de plusieurs patriotes, dont Louis-Joseph Papineau (1786-1871). Isolé et souffrant de la goutte, Gosford démissionne et il est remplacé, en janvier 1838, par le militaire John Colborne (1778-1863). 

Sources

Site Web Dictionnaire biographique du Canada (consulté le 19-04-2021)
Site Web de l'Assemblée nationale (consulté le 19-04-2021)
Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 19-04-2021)

Date d'officialisation 1980-08-28

Spécifique Gosford

Générique (avec ou sans particules de liaison) Chemin

Type d'entité Chemin

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Érable

Municipalité Saint-Ferdinand (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 32013

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, chemin Gosford

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Chemin Gosford

Nouvelle recherche

English  |  Español