Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Retour aux résultats Version imprimable







Chemin Craig


Origine et signification Cette voie de communication se trouve sur le territoire de la municipalité de Saint-Ferdinand, dans le Centre-du-Québec. Elle est une portion d’une voie d’importance, inaugurée en 1811 et reliant la région de Lotbinière aux Cantons-de-l’Est. La construction de ce chemin important a été entreprise à l’instigation de sir James Henry Craig (1748-1812), gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique entre 1807 et 1811. Ce dernier voulait ainsi favoriser l’immigration britannique, tout comme l’immigration américaine, dans les Cantons-de-l’Est.


Notice biographique

Sir James Henry Craig (Gibraltar, 1748 – Londres, Angleterre, 1812) est un militaire et un administrateur colonial britannique. Ayant grandi à la forteresse de Gibraltar, où son père était juge des tribunaux civil et militaire, James Henry Craig s’engage dans l’infanterie comme enseigne en 1763, à l’âge de 15 ans. À l’aube de la guerre de l’Indépendance américaine, il est nommé commandant d’une compagnie d’infanterie et envoyé en Amérique du Nord. Blessé à la bataille de Bunker Hill, près de Boston, en 1775, James Henry Craig contribue néanmoins à repousser l’invasion américaine de la province de Québec. Servant avec distinction lors de ce conflit, il gravit les échelons et obtient le rang de lieutenant-colonel en 1781. Au fil de campagnes en Afrique, aux Indes et en Europe, James Henry Craig continue de grimper dans la hiérarchie militaire britannique et il est promu général en 1805. Bien que malade, il accepte, en 1807, le poste de gouverneur en chef de l’Amérique du Nord britannique. 

Au cours de son mandat, James Henry Craig cherche à préparer les colonies britanniques contre une éventuelle invasion américaine en priorisant la réfection des fortifications, particulièrement celle de Québec, et le renouvellement des alliances avec les nations autochtones. Or, son règne tumultueux marque aussi le début de tensions importantes entre le Parti canadien et l’administration coloniale. Fortement opposé aux aspirations démocratiques du Parti canadien et favorable à l’assimilation des Canadiens français, le gouverneur s’implique énergiquement dans cette lutte politique et devient rapidement le chef de file du Parti bureaucrate. Toutefois, malgré ses efforts, le Parti canadien conserve le contrôle de l’Assemblée législative du Bas-Canada. En 1810, James Henry Craig va jusqu’à faire emprisonner, sans procès, plusieurs députés du Parti canadien, dont le chef, Pierre-Stanislas Bédard (1762-1829), ainsi que certains des responsables du journal Le Canadien. James Henry Craig, qui a une réputation de gouverneur autoritaire, est le maître d’œuvre du chemin qui prendra le nom de Chemin Craig. Malade, il quitte Québec en juin 1811 et décède à Londres en janvier 1812, après avoir mis en garde le gouvernement britannique au sujet des inconvénients de la constitution de 1791.

Sources

Dictionnaire biographique du Canada (consulté le 10-09-2021)
Site Web de l'Assemblée nationale (consulté le 10-09-2021)
Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 10-09-2021)

Date d'officialisation 1980-08-28

Spécifique Craig

Générique (avec ou sans particules de liaison) Chemin

Type d'entité Chemin

Région administrative Centre-du-Québec

Municipalité régionale de comté (MRC) L'Érable

Municipalité Saint-Ferdinand (Municipalité)

Code géographique de la municipalité 32013

Dans une adresse, on écrirait, par exemple : 10, chemin Craig

Sur un panneau de signalisation routière, on écrirait, par exemple : Chemin Craig

Nouvelle recherche

English  |  Español