Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Recherche avancée

Votez pour le Toponyme coup de foudre du public 2022!. Toponyme coup de foudre du public 2023

Votez pour le Toponyme coup de foudre du public 2023!

Les douze Toponymes coups de cœur ont été choisis parmi les quelque 1 300 noms de lieux officialisés au cours de l’année 2022, en fonction notamment de leur originalité, de leur valeur poétique, de leur capacité à inspirer des images fortes et de leur contribution en matière de promotion du patrimoine culturel.

Pour plus de détails, consultez le règlement relatif au vote (PDF, 140 Ko).

Remplir le bulletin de participation

* Champ obligatoire

Afficher tout le contenu

Choix de votre Toponyme coup de foudre* :

  • Ce lac, d'une longueur de 300 m, est situé à environ 20 km au nord-est de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord. L'hiver venu, si l’on s’étend sur le lac gelé pour observer les étoiles, on entend des craquements. On pourrait ainsi croire que ces bruits proviennent des étoiles alors qu'il s'agit plutôt de la glace du lac qui craque sous l’effet du froid.


  • Ce lac, d'une longueur d'environ 2 km, est situé à 130 km au nord de Dolbeau-Mistassini, dans le territoire non organisé de Rivière-Mistassini, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Frémille est un mot québécois, vieilli ou plaisant, utilisé pour désigner une fourmi. C’est un héritage des parlers de France. En effet, on l’atteste notamment en Lorraine et en Normandie.


  • Le nom La Trompeuse désigne une colline qui culmine à 494 m et qui se trouve dans le parc national d'Aiguebelle, en Abitibi-Témiscamingue. Plus précisément, cette colline est située à 9,5 km au nord du secteur de Mont-Brun, à Rouyn-Noranda.

    Le nom de la colline s’explique par le fait que, de loin, celle-ci semble plus haute que le mont Dominant, qui se trouve à proximité, alors que ce dernier la dépasse de 71 m.


  • Le nom Le Clos-des-Feux-Follets désigne un lieu-dit situé dans le parc du Souvenir, à Terrebonne, dans Lanaudière. Plus précisément, ce lieu-dit se trouve sur le site d'un ancien cimetière paroissial révélé lors de fouilles archéologiques qui ont été menées avant la construction du nouveau théâtre du Vieux-Terrebonne, en 2003. On dispose de peu d’information sur ce cimetière mal balisé. Il aurait été en activité de 1734 à 1886 et était présumé disparu jusqu'au moment des travaux.

    Établi derrière le théâtre du Vieux-Terrebonne et ceinturé par un talus qui rappelle vaguement ceux qui entouraient les châteaux médiévaux, le Clos-des-Feux-Follets est un espace vert vacant. Le terme feux follets évoque ici le lointain passé du lieu, que l’on peut imaginer peuplé d'ancêtres anonymes dont les esprits sont susceptibles d’apparaître la nuit sous la forme de manifestations lumineuses. Il est à noter qu'un parcours historique a été intégré au lieu afin de susciter l'intérêt des visiteurs pour les contes et légendes entourant son origine.


  • Le nom Les Razades désigne deux îles baignant dans le fleuve Saint-Laurent, au Bas-Saint-Laurent. Plus précisément, l’île connue sous le nom de La Razade d'en Haut se trouve sur le territoire de Notre-Dame-des-Neiges, alors que celle désignée sous le nom de La Razade d'en Bas est sur le territoire de Saint-Simon-de-Rimouski.

    Le toponyme Rasade est très ancien. Un document qui date de 1758 et qui est conservé aux Archives nationales de France note qu'« il y a deux petits îlots fort proches l'un de l'autre, qu'on nomme les îlets à Rasade qui ne sont que de Roches ». Une carte du fleuve, tracée en 1761 par Nicolas Bellin, désigne ces lieux sous l’appellation Islets à la Rasade. D'après les sources orales et écrites, ces îles étaient dénommées Les Razades, toponyme souvent orthographié Les Rasades. Voici d’ailleurs ce qu'indique à propos de la dénomination un extrait d’un rapport annuel de la Société Provancher d'histoire naturelle du Canada, qui a acquis ces deux îles en 1927 : « Le peu d'élévation de ces îlots peut leur donner l'apparence de récifs à fleur d'eau. C'est, d'ailleurs, à leur peu d’élévation au-dessus de l'eau, qu'elles doivent leur nom de 'Razades', – de 'Ras' – courant violent au ras de l'eau. L'origine du nom peut aussi bien venir de ‘rasade’ : liquide qui remplit un vase jusqu'au bord. Ici, en effet, l'eau emplit les bords des îlots. Avec le temps on aurait remplacé le 's'; par un 'z'; et voilà tout. Razade viendrait aussi de la ressemblance de ces îlots à fleur d'eau avec ces fleurs de broderie en relief ouvrées spécialement par les [femmes autochtones], en particulier sur les mocassins. » Une autre hypothèse veut aussi que le nom des îles soit attribuable au fait que des roches à fleur d'eau rasent le fond des canots. Les adverbes en haut et en bas réfèrent, quant à eux, au positionnement relatif des deux îlots, en amont et en aval du fleuve.

    Notons que la réserve naturelle de l'Île-aux-Basques-et-des-Razades assure un statut de protection à la majorité du territoire de ces îles.


  • Ce parc public se trouve au 13, rue des Pins, à Eastman, en Estrie. Il s’agit d’un lieu de détente pour les résidents et d’un endroit où il fait bon passer du temps. Ici et là sont exposées diverses œuvres d’art d’artistes locaux. Durant la période estivale, des concerts en plein air y sont également organisés.


  • Ce parc naturel est situé sur la rue de Saint-Pierre, à Saint-Jérôme, dans les Laurentides. Son nom est en lien avec les caractéristiques du lieu. Le mot frondaison désigne l’époque de l’année où apparaissent les feuilles des arbres ou, dans la langue soutenue, le feuillage d'un végétal, notamment lorsqu'il est abondant. On trouve dans ce parc de nombreux arbres matures au feuillage abondant.


  • Cette place est située dans le parc linéaire de la Rivière-Saint-Charles, dans l'arrondissement de La Cité-Limoilou, à Québec. Plus précisément, elle longe la rivière Saint-Charles, tout près du pont Marie-de-l’Incarnation. Dans ce secteur, son débit étant faible, la rivière est calme et discrète, ce qui lui a valu le surnom de Petite Rivière Sans Bruit au 19e siècle. D’ailleurs, ce surnom a aussi désigné le territoire allant du pont Marie-de-l’Incarnation au quartier des Saules. De plus, l’actuel quartier de Vanier, au nord de la rivière, a porté brièvement le nom de Petite-Rivière-Sans-Bruit avant d’obtenir le statut de ville sous le nom de Québec-Ouest, en 1916.


  • Ce point de vue est situé dans le parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie, dans la région de la Capitale-Nationale. Plus précisément, il se trouve à la fin du parcours du sentier William-Hume-Blake, au pied du mont Guy-Godin. Cet endroit offre une vue sur la rivière Malbaie, qui se fraye un chemin entre le mont Félix-Antoine-Savard, à l'ouest, et le mont William-Hume-Blake et la montagne des Érables, à l'est.

    Le nom de ce point de vue fait référence à William Hume Blake (Toronto, 1861 – Victoria, 1924), écrivain et traducteur qui a exploré la région de Charlevoix.

    Diplômé en droit de l'Université de Toronto en 1882, William Hume Blake a adopté rapidement Charlevoix comme terre d'accueil. Tous les étés, il y passait ses vacances et arpentait son territoire. Il a contribué à faire connaître ce coin de pays par ses travaux. En 1890, accompagné de 14 villégiateurs anglophones, il a exploré les chutes dans les hautes gorges de la rivière Malbaie et a parcouru, entre autres, le secteur du mont Félix-Antoine-Savard, la rivière des Martes et la coulée à Girard. William Hume Blake est l’un de ceux qui ont fait connaître le territoire du parc national des Laurentides avant sa création en 1895. Son œuvre littéraire est constituée de plusieurs ouvrages sur la pêche, notamment Brown Waters (1915), In Fishing Country (1922) et A Fisherman's Creed (1923). Il a aussi traduit en anglais des œuvres littéraires francophones, dont Maria Chapdelaine.


  • Cette promenade piétonnière en bois, d'une longueur d'environ 170 m, longe le chemin du Richelieu, à McMasterville, en Montérégie. Plus précisément, elle s'étend entre la rue Comtois et la rue Saint-François. Son nom reprend celui du documentaire Les porteurs d'espoir, réalisé en 2010 par Fernand Dansereau (né en 1928). Ce documentaire met en lumière la participation des élèves de l'école primaire La Farandole, établie à McMasterville, à un projet imaginé par un enseignant afin d'outiller les jeunes pour qu'ils puissent relever les défis environnementaux du futur. Le projet accompli par les élèves visait notamment la diminution du vandalisme à McMasterville.


  • Cette voie de communication se trouve à Saint-Jean-de-Matha, dans Lanaudière. Plus précisément, elle se trouve au cœur d'un environnement où se côtoient des parois rocheuses et des fleurs. En raison de ces caractéristiques, les résidents ont attribué à ce lieu le surnom de Fleur-de-roc, d'où le choix du nom de la voie.


  • Cette rue est située dans un secteur de Sainte-Adèle, dans les Laurentides, où les voies de communication sont désignées par des noms en lien avec l'acériculture. L'expression bec sucré est un québécisme qui signifie « avoir un penchant marqué pour les sucreries ».



Date de la dernière mise à jour : 2023-01-19

English  |  Español