Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Recherche avancée

Chroniques

Duels toponymiques

Arène de boxe.

Arène de boxe
© iStock

Il y a 400 ans, le 8 juillet 1621, naissait ce cher Jean de La Fontaine, dont les fables allégoriques ont bercé notre enfance.

En cette période estivale, nous vous proposons une chronique légère et ludique. Examinons la popularité, dans la toponymie du Québec, des animaux de quatre fables de La Fontaine.

La cigale insouciante, la grenouille envieuse, le corbeau vaniteux et le lièvre trop sûr de lui auront-ils leur revanche sur la fourmi, le bœuf, le renard et la tortue? Pour le savoir, lisez ce qui suit.

Premier combat

  • La cigale contre la fourmi.
  • Gagnante : la cigale, haut la main.
  • Dans la toponymie du Québec, on compte deux fois plus de noms de lieux avec le mot cigale (26) qu’avec le mot fourmi (13).

Savez-vous pourquoi la Ville de Mont-Tremblant, dans les Laurentides, a attribué l’appellation Impasse des Cigales à l’une de ses voies de communication? Parce que cette voie est située à proximité d’une ligne électrique qui émet un son s’apparentant, par sa constance, au chant d’une cigale. C’est là un bel exemple de l’adéquation entre un nom et le lieu qu’il désigne.

Deuxième combat

  • La grenouille contre le bœuf.
  • Gagnant : le bœuf.
  • Un combat âprement disputé! Le bœuf l’emporte avec 40 noms de lieux, alors que la grenouille suit de près avec 32 noms.

Fait amusant, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, on trouve un lac des Grenouilles, où il y a beaucoup de grenouilles, mais aucun poisson! La forme de ce lac pourrait suggérer une grenouille se préparant à sauter.

Lac des Grenouilles.
© Google Earth

Troisième combat

  • Le corbeau contre le renard.
  • Gagnant : le renard.
  • Encore une lutte plutôt serrée! Le renard l’emporte avec 140 noms de lieux, contre le corbeau, qui en compte 105.

Comment rendre hommage à quelqu’un dans une désignation toponymique sans le nommer? Val-David, dans les Laurentides, a trouvé! Elle a attribué l’appellation Rue du Renard-et-du-Corbeau à l’une de ses voies de communication. Par le titre de l’une de ses fables, Jean de La Fontaine est ainsi honoré.

Quatrième et dernier combat

  • Le lièvre contre la tortue.
  • Gagnant : le lièvre.
  • Cette fois, la tortue s’incline avec 73 noms, devant le lièvre qui en a 118.

Relevons que la forme du lac du Lièvre Couché, sur la Côte-Nord, s’apparente à celle d’un lièvre allongé. On distingue bien son oreille droite pointue, dans la partie nord-ouest du lac.

Lac du Lièvre Couché.
© Google Earth

Au final, la cigale bohème et le lièvre présomptueux ont gagné tout comme l’imposant bœuf et le rusé renard.

Jean de La Fontaine.
Jean de La Fontaine
© iStock

En terminant, notons que le nom d’une rue à Sherbrooke ainsi que ceux d’une rue et d’un parc public à Gatineau rappellent le souvenir de Jean de La Fontaine (1621-1695).

Chronique parue le 19 août 2021.

Date de la dernière mise à jour : 2021-09-15

English  |  Español