Logo du gouvernement du Québec.
Commission de toponymie

Recherche avancée

Chroniques

Un temps pour la reconnaissance 2022

Un temps pour la reconnaissance 2022.

L’attribution de noms de personnes pour désigner des lieux est une pratique courante. Pour preuve, en 2021-2022, les noms de quelque 280 personnes ont été retenus pour désigner des lieux du Québec.

Pour la majorité de ces personnes, c’était la première fois que leur nom était ainsi retenu. Ce fut le cas pour des personnalités ayant une grande notoriété, comme le chanteur Leonard Cohen, l’écrivain Réjean Ducharme et la comédienne et politicienne Andrée Champagne, qui a incarné Donalda dans le téléroman Les belles histoires des pays d’en haut. Ainsi, les noms Parc Leonard-CohenBibliothèque Réjean-Ducharme et Avenue Andrée-Champagne rappellent depuis peu leur souvenir.

Parmi toutes les nouvelles personnes dont les noms ont fait leur première entrée dans la nomenclature toponymique officielle cette année, la plupart ont laissé leur marque dans leur communauté ou leur région, ou encore dans leur domaine d’activité. Ces femmes et ces hommes méconnus, mais ayant fait des choses hors du commun, ont souvent eu un parcours de vie inspirant. La chronique de ce mois-ci présente d’ailleurs quelques-unes de ces personnes particulièrement dignes de mention.

Pour découvrir celle dont le destin tragique a inspiré la chanson Hymne à la beauté du monde, celui qui était surnommé le « prêtre électrique », celle à qui l’on doit l’école de musique Vincent-d’Indy et, enfin, celui dont les actions sont à l’origine de la fondation d’un hôpital, lisez ce qui suit.

Huguette Gaulin

Page couverture du recueil de poésie Lecture en vélocipède de Huguette Gaulin.
Page couverture du recueil de poésie
Lecture en vélocipède de Huguette Gaulin
Source : Les libraires

Huguette Gaulin (1944-1972) est une poète et écrivaine. Bien que plusieurs de ses poèmes aient été publiés dans les revues littéraires La barre du jour et Les herbes rouges, Huguette Gaulin était peu connue de son vivant. Ce sont sa mort tragique et ses derniers mots qui l’ont véritablement fait entrer dans l’histoire. En effet, le 4 juin 1972, sur la place Jacques-Cartier à Montréal, elle s’est immolée par le feu en s’écriant : « Vous avez détruit la beauté du monde! » Cet événement et ces paroles ont plus tard inspiré à Luc Plamondon la chanson Le monde est fou, dont les dernières strophes ont donné naissance, à leur tour, à la chanson Hymne à la beauté du monde. Quelques mois après le décès d’Huguette Gaulin, son unique recueil de poésie, Lecture en vélocipède, a été publié.

Le souvenir d’Huguette Gaulin est rappelé dans le nom Avenue Huguette-Gaulin, qui désigne une voie de communication se trouvant dans le secteur de Duvernay, à Laval.

Joseph-Eugène-Édouard Choquette

Joseph-Eugène-Édouard Choquette.
Joseph-Eugène-Édouard Choquette
Source :
Association des Choquet-te d’Amérique

Joseph-Eugène-Édouard Choquette (1858-1918) est un prêtre et un scientifique amateur. Bien que religieux, Joseph-Eugène-Édouard Choquette est surtout reconnu pour ses activités scientifiques dans les domaines de l’électricité, de la mécanique et de la photographie. Surnommé le « prêtre électrique », il a fait construire une centrale électrique à Lac-Mégantic afin d’éclairer toute la ville. Il a d’ailleurs été directeur et actionnaire principal de la Compagnie d’éclairage électrique du village de Mégantic. Il n’était pas rare de voir Joseph-Eugène-Édouard Choquette agir comme monteur de lignes et réparer lui-même le réseau électrique. Ce prêtre aux multiples talents s’est aussi démarqué par son implication dans la communauté et le milieu scolaire.

Le souvenir de Joseph-Eugène-Édouard Choquette est rappelé dans le nom Poste Joseph-Eugène-Édouard-Choquette, qui désigne un lieu fort bien choisi, soit un poste électrique se trouvant à Lac-Mégantic, en Estrie.

Hélène Côté

École de musique Vincent-d’Indy.
École de musique Vincent-d’Indy
Source : Site Internet de l’École de musique Vincent-d’Indy

Hélène Côté (1888-1985) est une professeure de musique et une compositrice mieux connue sous le nom de sœur Marie-Stéphane. Cette dernière a fait son entrée chez les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie en 1908 et elle s’est orientée rapidement vers l’enseignement de la musique. Elle a fondé en 1932 l’École supérieure de musique d’Outremont, devenue l’École de musique Vincent-d’Indy. En 1973, elle s’est vu décerner la médaille du Conseil canadien de la musique.

Le souvenir d’Hélène Côté est rappelé dans le nom Avenue Marie-Stéphane, qui désigne une voie de communication se trouvant dans l’arrondissement d’Outremont, à Montréal.

Georges-Henri de Champlain

Georges-Henri de Champlain.
Georges-Henri de Champlain
Source : Ville de Mont-Joly

Georges-Henri de Champlain (1911-1953) est un comptable. Atteint de la tuberculose, il a séjourné, en 1936, dans un sanatorium situé en bordure du lac Édouard, en Mauricie. C’est à ce moment qu’il a entamé des démarches pour la construction d’un sanatorium dans sa ville natale de Mont-Joli. Il a ainsi fondé le sanatorium Saint-Georges en 1939 et en a été le directeur de 1939 à 1941. Construit d’abord pour tenter de freiner la propagation de la tuberculose, cet établissement est devenu l’hôpital de Mont-Joli en 1967. Impliqué dans sa communauté, Georges-Henri de Champlain a également été président de la caisse populaire, membre fondateur du Club Richelieu local et conseiller municipal de 1939 à 1946.

Le souvenir de Georges-Henri de Champlain est rappelé dans le nom Rue Georges-Henri-De Champlain, qui désigne une voie de communication se trouvant à Mont-Joli, dans le Bas-Saint-Laurent.





Chronique parue le 21 juillet 2022.

Date de la dernière mise à jour : 2022-09-21

English  |  Español